Parution de l’ouvrage: « Adolescent dans un environnement incertain, une expérience libanaise »

 

la-couverture

   À une époque où notre société est traversée par une crise majeure des repères symboliques, l’ouvrage d’Antoine Kattar nous invite à comprendre le retentissement des environnements incertains sur la construction identitaire des sujets adolescents au Liban.

   À travers le récit de son itinéraire personnel, il nous montre le cheminement de sa pensée de chercheur à partir de son expérience de l’exil. En faisant dialoguer son « soi adolescent » avec son « soi d’adulte exilé », il analyse les effets que produisent les guerres, les replis sur l’entre-soi confessionnel et l’émigration sur les sujets adolescents d’aujourd’hui.

   À partir des propos de celles et ceux qu’il a interrogé(e)s et à l’aide d’une théorisation originale, l’auteur identifie plusieurs positions psychiques entre lesquelles oscillent ces adolescent(e)s qui tentent de garantir la continuité de leur sentiment d’existence alors qu’ils-elles sont confronté(e)s à une scène sociale profondément insécurisante.

   Cet ouvrage pose des jalons pour les professionnels de l’éducation qui sont requis de tenir une position d’adulte dans la rencontre des adolescents au quotidien et appelle au rôle qu’ils peuvent jouer pour renforcer et étayer les « soi-adolescents » en construction.

Antoine Kattar, psychosociologue clinicien, est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Picardie Jules Verne, au laboratoire Caref et à l’Espé d’Amiens.

Argumentaire :

           Confrontés à l’expérience d’une crise identitaire, incontournable dans le processus de métamorphose pour devenir adulte, les adolescent(e)s ont besoin d’étayages dans leur environnement. Ils les rencontrent parfois dans leur famille ou en dehors, dans le cadre scolaire, dans des groupes institués ou informels ou encore dans les lieux de vie de leur quartier. Par contre, la capacité de l’école à les soutenir dans ces processus est régulièrement interrogée. N’apparaît-elle pas parfois hésitante à laisser entrer l’adolescence dans l’enceinte scolaire ?

       Ce qui est proposé aux adolescents sur la scène sociale est rarement sécurisant et leur offre plutôt un environnement de plus en plus incertain, mouvant, qui risque d’entrer en résonance avec leur propre insécurité. Malgré tout, chacun d’entre eux tente, avec les moyens dont il dispose, d’accomplir l’exigeant travail psychique de subjectivation propre à cette période de la vie. L’adolescence est cette aventure singulière et redoutée où les menaces émanant du contexte social et culturel viennent redoubler la menace intrapsychique inhérente à ce temps de construction. Dans ce travail de transformation de soi, l’autorisation des adultes est un étayage fécond et nécessaire pour que l’adolescent parvienne à traverser ces « turbulences » et puisse grandir. L’absence de cette autorisation ou, pire encore, les entraves au processus de développement engagé mettent en danger les adolescents eux-mêmes, ainsi que la société à laquelle ils appartiennent.

           Le colloque sera l’occasion de participer au renouvellement des réflexions sur la manière dont l’adolescent se déplace, de position en position, pour parvenir à construire ses propres compromis provisoires.

Appel à communications :

Le premier colloque international Adolescence contemporaine et environnement incertain est prévu les 4 et 5 juin 2015 à l’université de Picardie Jules Verne à Amiens. Il mettra à contribution des laboratoires de recherches issus de différentes universités.

Ce colloque nous invite à renouveler la réflexion sur la manière dont les adolescents et les adolescentes d’aujourd’hui tentent de garantir la continuité de leur sentiment d’exister quand ils/elles sont confronté(e)s à un environnement qui vacille.

Comment qualifier leur environnement actuel ? Comment décrire leurs jeux d’identification ? Quelles sont les angoisses à l’œuvre ? Comment les adolescent(e)s intériorisent-ils/elles le regard parental et social ? Comment les adolescents et les adolescentes peuvent-ils/elles bénéficier d’une « tiercéité » permettant de faire place à l’altérité et, ainsi, maintenir leur ouverture psychique ? Qu’est-ce qui pèse sur eux/elles dans la réalité de l’environnement et vient se heurter à leurs peurs fantasmatiques ? Dans quelles conditions le collège et le lycée peuvent-ils répondre à certaines attentes et favoriser le « faire grandir » de ces adolescent(e)s à travers des processus d’autonomisation et de subjectivation ? Quels rôles jouent les professionnels dans les nécessaires étayages ?

Nous vous invitons à contribuer à cette nouvelle réflexion en proposant une communication à partir des diverses questions évoquées ci-dessus.

Ces communications alimenteront les ateliers et porteront sur des travaux issus de recherches récentes et/ou d’élaborations théoriques. Leurs présentations orales d’une durée de 15 minutes seront suivies d’un temps de discussion.

Les propositions de communication seront composées de :

– un titre ;

– un texte en langue française résumant la communication orale (2500 signes maximum, espaces compris) ;

– 4 références bibliographiques au maximum (normes APA) ;

– 5 mots clés.

Une page de garde devra indiquer : nom, qualité et appartenance institutionnelle, adresse électronique et adresse postale complète du ou des auteurs.

Le comité de lecture sera attentif à l’adéquation des propositions au thème du colloque. Devront être précisés le questionnement, la perspective théorique, les modalités de constitution du corpus et de son analyse.

Les propositions de communication seront transmises par courrier électronique à l’adresse : colloque.acei2015@free.fr au plus tard le 16 janvier 2015.

Toutes les informations complémentaires seront affichées sur le site du colloque actuellement en construction : www.adolescencecontemporaine.org